Meyer
  • Séries
  • Portraits
  • Commandes
  • Livres
  • Bio
  • Contact
  • Né en 1969 à Villeneuve-les-Avignon
     
    Membre de Tendance Floue depuis 1996, Meyer utilise la photographie comme outil de dialogue avec le monde des images. En cultivant la
    conviction que l’acte photographique n’est pas fait pour observer le monde, mais pour le construire.
     
    Trois voyages dans les territoires occupés de Palestine donnent lieu à une série de onze images silencieuses et déchirées qui parlent de
    l’habitude à l’oubli (Prix spécial du jury Paris Match, 2002).
    Avec « Putain de maïeutique camarguaise », il s’intéresse à la culture tauromachique de la course et en tire une série sur les contrechamps
    du jeu et le silence existentiel qui surgit dans le rituel du spectacle (exposé aux Rencontres d’Arles en 2005).
     
    A partir de 2003, Meyer entame un travail dont le sujet est l’acte de voir. Pendant cinq ans, il suit le parcours du Cinéma Numérique Ambulant
    en Afrique de l’Ouest et photographie la rencontre improbable entre le cinéma africain et son public. Il produit « Mon frère lumière », portraits de personnages en « état spectateur ». Récompensé d’un 3ème prix World Press « Arts et spectacles » en 2006, ce travail est exposé aux Rencontres d’Arles en 2007. Et surtout il dit ce qui est essentiel à Meyer : « la magie dans la photographie comme au cinéma c’est ce qui s’accomplit entre le regard
    et l’image ».
     
    Puis, il commence à pratiquer le photomontage. Il réalise les « Portraits décalés », au Mali, qui sont une proposition de voyage photographique.
    À chaque image, le décalage entre le personnage et le fond, un paysage parfois pris à des milliers de kilomètres de Bamako, produit sa propre
    poésie. La photographie offrant alors la possibilité de déploiement d’un imaginaire. Ces démarches photographiques sont réunies dans « Dans
    le cinéma, l’enfant spectateur », une série sur la résonance entre des enfants et les films projetés pour eux au cinéma l’Alhambra, à Marseille.
    Mais aussi dans les publications de Mad in India et Mad in France et sa nouvelle série réalisée en Chine « Tu es l’air ».
     
    En quelques dates :
     
    2017 – La série «L’Abyme et le vent» est présentée à la galerie le Magasin de jouet à Arles.
    2015 – Invité en résidence à Deauville dans le cadre du festival Planche(s) contacts
    2012 – Invité en résidence à Madrid par Cobertura Photo, il entame un travail approfondi sur l’univers de la corrida
    2011 – Publication du livre Dans le cinéma, l’enfant spectateur, co-édition l’Alhambra Ciné Marseille et Tendance Floue
    2010 – La série «Portraits décalés» présentée au festival Head On en Australie.
    20073ème Prix du World Press Photo (catégorie «Arts et spectacles») pour la série «Mon Frère Lumière»
    2006 – La série «Mon Frère Lumière» présentée aux Rencontres d’Arles
    2005 – Exposition de la série «Putain de Maïeutique Camarguaise» aux Rencontres d’Arles
    2002 – Exposition de la série «Palestine» à la Maison européenne de la photographie à Paris. Prix spécial du Jury Paris-Match pour cette série.
    1993-1997 – La série « Lunacy » s’immerge dans l’underground des raves en France.