Zanzibar / Philipe Lopparelli

 

Les onze dernières années de sa vie (1880-1891) , Arthur Rimbaud, exilé entre Aden et le Harar, ne cesse d’y rêver. L’île aux assonances magiques, plaque tournante du commerce maritime de l’époque, illustre pour lui ce « mieux un peu plus loin » qu’il a cherché en vain sa vie durant. Fin août 1887, Rimbaud l’affirme expressément, il est prêt à partir : « or il arrive que je dois prendre à Suez le bateau de Zanzibar vers le 15 septembre », écrit-il à sa famille. Chimère…C’est pour Rimbaud l’ultime quête, comme le mot de la fin, le terme alphabétiques de l’épuisante errance. Pourtant Arthur n’ira jamais à Zanzibar.
En hommage à cette quête existentielle inachevée, un voyage à la recherche de l’éternité Rimbaldienne, celle de « la mer allée avec le soleil».

 

Expositions :
2011 – Galerie Particulière, Paris / France
2011 – Galerie de la Rotonde, Lorient / France

 
Voir plus d’images

DESCRIPTIF TECHNIQUE
Cette exposition comprend 15 tirages barytés non contrecollés :

11 tirages 30x40cm, cadre bois brun foncé 36x46cm
1 tirage panoramique 27x78cm, cadre bois brun foncé 33x84 cm
2 tirages 50x60cm, cadre bois brun foncé 56x66 cm
1tirage 18x24cm, cadre bois brun foncé 24x30 cm